Miser sur le réchauffement climatique ?

Comme chaque semaine nous répondons à une question posée par la communauté.

👉 Aujourd'hui, nous apportons une réponse à Kévin:

"Ma banque n'est pas du tout en accord avec mes valeurs car elle finance massivement des activités liées à la destruction de la planète. VERS QUELLE BANQUE PUIS-JE ME TOURNER ?"




Pour commencer, à quoi servent les banques ?


Les banques ont pour rôle :

  • de collecter les dépôts ;

  • de financer, particuliers ou entreprises, par l'octroi de prêts ;

  • de gérer les moyens de paiements (carte de crédits…).

Par l'octroi de prêts aux entreprises, les institutions financières donnent la possibilité, ou non, à des projets d´avoir lieu. Au-delà de leur responsabilité financière, elles engagent aussi leur responsabilité morale en choisissant sciemment les secteurs qu'elles soutiennent.


Que financent les banques ?


Les banques financent massivement le secteur des énergies fossiles, premier

responsable du réchauffement climatique, du fait du dioxyde de carbone (CO2) que les énergies fossiles rejettent lors de leur combustion. Le charbon est la première source d'émission de CO2 dans le monde. La Deutsche Bank finance le groupe allemand RWE, plus gros émetteur de CO2 de l’Union européenne. En effet, RWE possède quatorze centrales à charbon et a l'ambition d'étendre ses mines en Allemagne.


En France, voici les trois banques qui consacraient le plus de fonds aux énergies fossiles sur la période 2016 - 2017.



Source : oxfamfrance.org



Les recommendations du GIEC (Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'évolution du Climat) sont pourtant claires. Il faut réduire d'ici à 2030 de 45 à 50 % les émissions de gaz à effet de serre et ceci ne se fera pas sans une transition des investissements vers d'autres types d'énergies, comme les énergies renouvelables.




On pourrait se dire qu´avec les accords de Paris et autres sommets internationaux les banques prendraient des mesures. Mais force est de constater qu’il n’en est rien ! Selon le rapport publié par les Amis de la Terre, les banques françaises ont même augmenté leurs investissements dans le secteur des énergies fossiles de 15 % entre 2016 et 2019.





Les institutions financières investissent aussi dans des activités liées à la déforestation.

Ci-dessous un palmarès des 10 banques et investisseurs les plus importants dans les sociétés du secteur des matières premières liées à la déforestation en Asie du Sud-Est, Afrique de l’Ouest et centrale et au Brésil.

Source : forestandfinance.org



La BNP Paribas s'en sort encore une fois plutôt bien, bravo à elle !

6ème plus gros investisseur au niveau mondial dans les activités liées à la déforestation, la BNP Paribas indique pourtant sur son site que 90 % du papier utilisé dans la communication clients est "responsable".

Capture d'écran du site Internet de la BNP



Cette communication est typique de la logique des institutions financières qui se vantent de leurs efforts en termes de responsabilité sociale de l'entreprise (RSE) liées à leurs activités directes (utilisation de papier recyclé ou d'ampoules basses consommation) sans prendre en compte les impacts indirects qu'elles génèrent (c'est-à-dire, les entreprises qu'elles financent).





Alors que fait-on ?


* Se renseigner sur les activités de sa banque.

Toutes les banques et leurs engagements sont répertoriés sur le site BankTrack: https://www.banktrack.org/

* Questionner sa banque sur ces activités

* En parler autour de soi

* Opter pour une banque qui choisit de favoriser des placements dans l’économie sociale et solidaire.

* Faire des placements dans l´économie sociale et solidaire



Quelles banques proposent des alternatives ?





Le Crédit Coopératif est la seule banque qui propose tous les services d'une banque "classique" : gestion de compte, épargne et prêts, emprunts immobiliers et regroupement de prêts (rachat de prêts si l'on a déjà contracté un prêt dans une banque "classique").


A contrario, la NEF offre seulement pour les particuliers des alternatives au niveau de l'épargne et de certains prêts destinés à des projets durables (par exemple pour de la rénovation thermique chez soi ou pour reprendre des études..). La NEF ne rachète pas des prêts contractés dans d'autres banques, ne permet pas d'obtenir de prêt immobilier et ne propose pas de service de gestion de compte.



Peur de changer de banque ? 


Changer de banque peut inquiéter. Dans ce cas, un premier pas est de diversifier ses placements. Par exemple, il est possible de conserver un compte courant dans une banque loin d’être verte et de confier son épargne à une institution plus éthique, ou investir une partie de son argent dans des projets engagés pour la transition écologique et sociale.



Quelles alternatives pour mon épargne ?


Dans les banques “classiques” la grande majorité des produits d’épargne ne sont pas fléchés et l’argent qu’on y dépose est utilisé sans considération environnementale et sert souvent aux financements des entreprises et des activités décrits au début de cet article.


Il est donc important d'interroger sa banque à ce sujet, ou d'épargner dans des banques plus éthiques comme la NEF ou le Crédit Coopératif.


Aussi, les banques ne sont pas les seuls établissements où l’on peut placer son argent. Des fonds d’investissements citoyens et éthiques existent, avec pour objectif le développement de projets alternatifs. Les Colibris nous donne ici une liste de ces initiatives :


Terre de liens a été créé dans l'objectif de financer l'installation de paysans bio et la "dé privatisation" des terres arables.


Énergie partagée permet à tous les citoyens de participer à la création d'unités locales de production d'énergies renouvelables.


Blue Bees est un site de finance participative dédié aux projets d'agriculture et d'alimentation écologiques. Outre le don, il propose des prêts rémunérés.

La Coopérative des Oasis vous permet d'investir dans la création et le développement des oasis. Donnons du sens à notre épargne et construisons ainsi ensemble ces oasis de demain !

Les Cigales sont des Clubs d'investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l'épargne Solidaire. Il permet à de simples citoyens d’accompagner celles et ceux qui se lancent dans la grande aventure de la création ou du développement d’entreprise.


Miimosa propose un financement participatif au service de l’agriculture et l’alimentation ainsi que des placements rémunérés dans des projets agricoles.



Merci d'avoir lu ce post, n'hésite pas à le partager et merci de ton soutien à Hebdo Ecolo.

Rejoins-nous sur sur les réseaux :

Instagram

Facebook

Écrit par Lucie

Relu par Mathieu et Juliette

De Hebdo Ecolo, la communauté du progrès écologique.


Sources :


Les colibris que l'on remercie chaleureusement pour leur liste des alternatives pour notre épargne | BankTrack et son rapport très complet "Banking on climate change" | Reporterre | Oxfam France | Les Amis de le Terre | Forest and Finance | NEF | Crédit Coopératif | BNP Paribas | Société Générale | Crédit Agricole | Fair Finance International qui propose des analyses et des classements des banques dans de nombreux pays | « L'intégration du développement durable dans le financement bancaire aux entreprises », Maymo Vincent, Pallas-saltie Valérie, La Revue des Sciences de Gestion, 2011/1 (n°247-248), p. 139-147.









  Nous suivre  

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc LinkedIn Icône

Un don de 10€ revient seulement à 3.40€ après réduction fiscale.

  Hebdo Écolo, La communauté du progrès écologique