Comment une eau polluée arrive potable à ton robinet ?

Mis à jour : mai 11


Ce dernier article se penche sur les procédés de traitement de l'eau.



Pollution de l'eau, robinet, potable HEBDO ECOLO
L'automatisation nous rend-t-elle igorant·e ?






DES SOLUTIONS CONTRE LA POLLUTION ?


La première et la plus efficace des solutions pour lutter contre la pollution de l'eau, consiste à limiter les pollutions anthropiques, comme nous l'avons évoqué dans le précédent article. Les pollutions anthropiques sont les pollutions engendrées par les activités humaines. Cette pollution est due aux activités industrielles, agricoles mais aussi aux usages domestiques, de la mise en décharge sauvage jusqu'aux tampons jetés dans les toilettes par exemple.


En effet, la plupart des villes s’alimentent en eau dans les nappes poreuses, bien souvent dans les les sables alluvions, c'est à dire dans la couche de terre composée de sables, galets, graviers, argiles... qui se déposent en surface qui sont très perméables aux cours d’eaux. L'eau présente ici a donc bénéficié d'un premier filtrage par ces sables, elle est donc moins contaminée en bactéries pathogènes que l’eau de surface.



@eaufrance.fr


Toutefois, en fonction de l'environnement, ce n’est pas toujours possible et les villes côtières s’orientent également vers l’eau de mer salée au prix d’un traitement très énergivore et coûteux. Enfin, l’eau captée par les puits peut également être de bonne qualité mais est également, non potable.


Alors qu’est ce qu’une eau potable ?


C’est une eau qui respecte des critères en termes de concentration des paramètres de l’eau, par exemple la concentration de calcium en mg/l, la concentration en nitrates ou encore le nombre de bactéries, qui elles, varient dans le temps selon les conditions de stagnations, de luminosité et de température.





L’eau que nous buvons est traitée


Afin d’éviter tous risques d’intoxication, le traitement de l’eau s’avère être la meilleure option.

Les pays dits « développés » sont en avances. Des villes comme Singapour traitent même une partie de ses eaux usées pour les réutiliser.

  • Rappelons que chaque litre d'eau qui s'écoule de notre robinet a subit un long processus d'acheminement et est rejeté dans la nature


Parmi ces techniques de traitement, il existe des méthodes anciennes qui consistent à filtrer l’eau par une couche de sable, de la traiter par adsorption sur couche de charbon actif ou encore de l’exposer au soleil pour éliminer certaines bactéries.


D’autres processus sont apparus, comme laisser décanter les particules au fond d’un bassin, aérer les bassins de traitement pour faciliter le développement de bactéries épuratrices qui vont se nourrir de certains polluants, ex: le fer et le manganèse. Ces procédés sont très précis car ils dépendent de beaucoup de paramètres, la température, la vitesse, la concentration etc… Et on a vite tendance à éliminer un produit et d’en engendrer un autre, parfois plus nocif, par exemple : les résidus chlorés.

Enfin, le nec plus ultra du traitement de nos jours sont les membranes : de fins tubes semi-perméables qui laissent entrer ou sortir l’eau tout en gardant le polluant à sa surface. Il s'agit là de l’ultrafiltration, jusqu'à 0,01 micromètre. L’osmose inverse va encore plus loin avec une filtration jusqu’aux virus et sels 0,001 micromètre.


Des techniques complémentaires comme les filtrations sur résines et échanges d’ions pour contrôler la dureté de l’eau ex: Ca et Mg ainsi que l’Ozone sont des techniques efficaces en développement.


Ces méthodes modernes sont caractérisées par un coût de fabrication et en énergie important malgré leur robustesse et leur polyvalence.


Ces techniques ont des coûts différents.


@Carlos Corisco-Perez


Note: on ajoute bien souvent du chlore pour désinfecter l’eau et éviter la formation de nouvelles bactéries lors du transport. C’est pour cela que votre eau a parfois une odeur de piscine.


Une eau transparente peut être plus dangereuse qu’une eau trouble, méfiance.






Exemple au Bangladesh


Une ONG dont je tairais le nom a réalisé des forages au Bangladesh il y a plusieurs années pour la population. La nappe de surface ne suffisait plus et elle était légèrement polluée en bactéries. L’objectif de ce projet visait à traverser cette première nappe afin d’atteindre une seconde nappe plus profonde qui fournirait une ressource plus importante. Cette seconde nappe était contaminée en arsenic, un polluant très dangereux et coûteux à traiter. Les forages étaient malheureusement mal isolés et l’arsenic des nappes profondes contamina la nappe de surface, ce qui causa une pénurie d’eau encore plus importante qu’au départ dans cette région. En résumé, économiser la ressource est aussi important que d’en trouver une nouvelle.


Exemple du Sahara


Nous avons l’exemple des plantations du Sahara que certains pays comme l’Algérie irriguent avec de l’eau de profondeur très ancienne et qui ne se renouvelle presque plus car elle s’est accumulée à une époque où le climat était moins aride dans cette région. Utiliser cette eau fossile qui ne se renouvelle pas pour de l'agriculture intensive met donc définitivement en danger sa disponibilité.


En conclusion ?



Les nappes phréatiques sont des réservoirs d’eaux souterraines stockées à faible profondeur dans des roches poreuses et perméables qui composent les zones aquifères. Il existe des nappes souterraines profondes de plusieurs centaines de mètres, mais les nappes dites phréatiques sont des nappes suffisamment proches de la surface pour être accessibles aux activités humaines.

Les nappes constituent la principale source d’eau potable : en France, 62 % de l’eau potable provient des eaux souterraines et 38 % provient des eaux de surfaces (torrents, rivières, lacs…). Ces eaux sont ensuite récoltées par captage puis traitées dans des unités de traitement afin de produire de l’eau potable pour la consommation humaine.


Notre consommation et nos actions journalières influencent le taux de pollution des nappes phréatiques. Par des actions de collecte de déchets jetés par terre, cela permet par ailleurs de limiter la pollution de ces nappes.

Notre consommation raisonnée de produits moins toxiques (gel douche, eau de javel, lavage de sa voiture en station de lavage) influence le niveau de pollution des nappes et donc indirectement l'état de santé de la planète. 🌍



Améliorez cet article : blog citoyen collaboratif

Article : Comment une eau polluée arrive potable à ton robinet ?

Merci d'avoir lu cet article sur le Blog citoyen HEBDO ECOLO 🌱


Rédaction : Norine Bekkal

Relecture : Mathieu Plot

Pour HEBDO ECOLO, la communauté du progrès écologique.


Rejoins-nous sur les réseaux : Instagram | Facebook | Twitter | Linkedin

Ou sur le groupe Facebook de ta ville : HEBDO ECOLO - Paris, Rennes, Saint-Malo, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Lyon, Cologne, Barcelone ...

👉 Si tu as aimé cet article tu peux nous soutenir en faisant un don de 1€ sur HelloAsso ou visiter notre boutique éco-responsable.




Sources

waterlogic.fr .| www.wri.org | actu-environnement | eaufrance.fr http://www2.agroparistech.fr/IMG/pdf/corisco.pdf


Posts récents

Voir tout